Entrevue avec le Professeur Éric Chabrière sur le Traitement Hydroxychloroquine / Azithromycine

Eric Chabrière, l’un des professeurs les plus réputés autour de Didier Raoult, commente en exclusivité pour notre groupe, la situation de l’épidémie en ce 28 mars et les derniers résultats publiés par l’IHU Méditerranée Infection

Les caractéristiques du traitement pratiqué à l’IHU ?

Ce traitement prometteur associe 2 molécules hydroxychloroquine et azithromycine qui permettent de baisser à près de 100% la charge virale au bout de 5 jours, à condition d’administrer le traitement précocement.

La méthode de l’IHU consiste à effectuer le diagnostic, identifier la pathologie et soigner en milieu hospitalier, en contrôlant régulièrement l’électrocardiogramme des patients. Il est inhumain de dire aux malades « restez chez vous » en leur opposant un refus de diagnostic à l’hôpital, sans test ni traitement, quand de plus chanceux ou influents sont testés même pour des cas bénins…

Traiter quand la détresse respiratoire arrive ne sert à rien, c’est comme de vacciner quand on a déjà la grippe.

Vos résultats à Marseille ?

Notre position est basique : nous n’avons jamais prétendu à un traitement miracle, chacun peut se faire son opinion au vu des chiffres.

J’engage les membres du groupe à consulter les chiffres sur
https://mediterranee-infection.com/covid-19/

Ce soir 28 mars plus de 870 personnes traitées à l’IHU, un seul décès. A ce jour, Marseille ne compte que 13 décès, en incluant l’APHM.

Entendre sur les plateaux télé des spécialistes dire que la chloroquine est toxique est un mensonge, qui s’accompagne d’attaques méprisantes et insultantes pour notre équipe solidaire et pour les malades du Covid-19.

Que faire face à l’inégalité territoriale de traitement ?

Le dépistage massif est le préalable indispensable, comme en témoigne la file d’attente devant l’IHU, qui ne compte pas que des Marseillais. Puisque le traitement est efficace, et les chiffres que chacun peut consulter le montrent, il faut simplement l’appliquer ailleurs.

Mais la France n’est pas un pays moderne, elle fait moins bien que l’Iran ! Au délitement du système de santé s’ajoutent la réticence au changement et l’absence de remise en cause. Sans parler des situations de conflit d’intérêt qui caractérisent beaucoup de nos détracteurs…

Source: https://www.facebook.com/groups/207148790552233/

(Visited 100 times, 41 visits today)