Un Traitement Aujourd’Hui, ou un Vaccin Peut-Être dans 18 Mois ou Plus?

Traitement ou vaccin? Cela devient maintenant un débat clé dans la lutte contre COVID-19 et la quête d’une sortie de la pandémie.

Et c’est bien visible par tous, surtout aux Etats-Unis. Lorsque le président Trump plaide en faveur d’un traitement à base d’hydroxychloroquine, son conseiller en santé, le Dr Anthony Fauci, argumente au contraire que des recherches supplémentaires sont nécessaires, retardant ainsi la généralisation des traitements tout en favorisant la stratégie de vaccination.

La stratégie de vaccination et ses inconvénients

Que savons-nous des vaccins? Nous savons que leur développement prendra beaucoup de temps. Du côté optimiste, des délais de 18 mois sont généralement mentionnés. Cela peut prendre un peu moins de temps. Cela peut prendre beaucoup plus de temps.

Avoir un vaccin ne signifie évidemment pas qu’il peut être administré à la population mondiale instantanément.

La production de masse et la logistique pour administrer le ou les vaccins seront extrêmement difficiles. C’est aussi une stratégie coûteuse de plusieurs milliards de dollars.

Les vaccins mettent généralement beaucoup de temps à être développés, car il y a des risques avec les vaccins. Un développement rapide peut signifier un vaccin plus risqué.

Si la vaccination était la seule solution pour obtenir une immunité au niveau personnel, sans risquer sa vie en devenant infecté, alors les mesures de confinement actuelles devraient être poursuivies pendant très longtemps: 1,5 an, 2 ans, 3 ans? On n’en sait rien, mais ce serait très long.

Sans immunité collective et sans traitement efficace mis à disposition de la population, lorsqu’un pays ou une région décide de lever ou d’assouplir les mesures de confinement, pour des raisons économiques, sociales ou simplement politiques, cela ne signifie pas que la population sera en sécurité.

Les confinements et autres mesures apparentées sont essentiels à court terme pour limiter la propagation du virus. Pourtant, ils ne peuvent pas être maintenus sur de très longues périodes, pour des raisons économiques, sociales et autres.

Oui, certains pays, comme les Pays-Bas et la Suède, n’ont pris que des mesures de confinement très souples et pensent que l’immunité de groupe pourrait fonctionner.

La recherche rapide de l’immunité de groupe est toutefois une stratégie à très haut risque – et le premier adoptant, le Royaume-Uni, a rapidement inversé le cap, à la lumière des prévisions de pertes de vie massives causées par la stratégie.

Quelle serait une stratégie de traitement?

Plusieurs types de traitement sont envisagés, mais un se démarque actuellement, c’est le traitement à base d’hydroxchloroquine.

L’efficacité du traitement a été confirmée par les travaux du professeur Didier Raoult, l’un des principaux experts mondiaux des maladies contagieuses, à l’Institut hospitalier universitaire de Marseille en France.

Ses recherches se sont appuyées sur des travaux scientifiques en provenance de Chine. Une contribution scientifique, publiée dans Nature, par Jia Liu et ses collaborateurs, et basée sur des essais in vitro, avait confirmé le potentiel de l’hydroxychloroquine pour combattre la maladie. Ces résultats ont également été confirmés par des recherches randomisées menées en Chine par Zhaowei Chen et ses collaborateurs.

>>  Le traitement précoce à domicile du COVID-19 expliqué

Il existe également des nouvelles scientifiques très encourageantes en provenance de Chine selon lesquelles l’hydroxychloroquine à faible dose peut être utilisée à des fins prophylactiques, ce qui est d’une importance capitale, en particulier pour les professionnels de la santé, de la même manière qu’elle est largement utilisée dans les pays tropicaux pour prévenir le paludisme.

Il existe de nombreux témoignages qui ont été diffusés sur divers médias, de médecins administrant le traitement avec succès et de patients se disant sauvés par le traitement.

Un nombre croissant de juridictions ont approuvé, à des degrés divers, l’utilisation du traitement à base d’hydroxychloroquine pour lutter contre le COVID-19, notamment les États-Unis, l’Italie, l’Espagne, la Chine, la Corée du Sud, la Belgique, les Pays-Bas, la Hongrie, le Maroc et l’Algérie.

Tout cela est très récent, mais c’est réel, même si il a beaucoup de scepticisme et qu’une grande partie de la population et des observateurs restent à convaincre.

Avec le traitement, quelle est la stratégie pour lutter contre le virus? 

Le professeur Didier Raoult préconise la stratégie à trois volets suivante: dépistage, isolement, traitement.

  1. Les gens doivent être diagnostiqués via des tests.
  2. Les personnes infectées doivent être isolées, pour ne pas infecter les autres.
  3. Les personnes infectées doivent être traitées.

«Je suis médecin spécialiste des maladies infectieuses. Face à une maladie infectieuse, et ça fait maintenant 42 ans que je fais ce métier, il faut diagnostiquer, il faut isoler les personnes contagieuses, et il faut les soigner. C’est ce que nous devons faire.  » a résumé le professeur Didier Raoult dans une vidéo diffusée le 8 avril.

Au cours du dernier mois, le professeur Raoult, qui est généralement considéré comme l’expert n ° 1 mondial des maladies infectieuses, a déjà publié 2 études clés, la première sur 36 patients et la seconde avec 80 patients, toutes deux montrant une rapide baisse de la charge virale après traitement chez la plupart des patients.

Par objectif, ces études utilisent une méthodologie rétrospective / historique. Elles n’utilisent pas de méthodologie d’essai contrôlé randomisé, qui nécessitent généralement de risquer la vie de patients, car jusqu’à 50% d’entre eux reçoivent des pilules placebo au lieu d’un traitement.

Le Professeur Raoult a révélé dans une interview aux médias américains le 6 avril que la nouvelle étude, couvrant environ 1000 patients, que lui et son équipe sont en train de finaliser, confirmera leurs conclusions précédentes, à savoir que le traitement par l’hydroxychloroquine et l’azithromycine est efficace pour traiter COVID-19 .

Le résumé de l’étude vient d’être publié – vous pouvez le consulter ici.

>>  Audition au Sénat américain sur le traitement ambulatoire précoce: faits saillants

Une stratégie basée sur le traitement à base d’hydroxychloroquine pour lutter contre la pandémie a des implications considérables. Pour être efficace, la recherche a démontré que le médicament doit être administré tôt. Ce n’est pas traitement de fin de vie, ce n’est pas un traitement  prodigué par compassion. C’est un traitement à administrer aux patients avant les symptômes graves, pour les guérir.

Cela signifie que des tests de masse et un traitement précoce de masse sont nécessaires.

Le traitement à grande échelle à base d’hydroxychloroquine n’est pas nouveau pour le COVID-19. Il existe déjà plusieurs pays qui utilisent le traitement à base d’hydroxychloroquine à une échelle substantielle, notamment l’Italie, l’Espagne et les États-Unis. 

Ce qui s’est passé jusqu’à présent dans ces pays, c’est que le traitement a souvent été dispensé tardivement, en raison de la situation d’urgence et parce que la nécessité de traiter tôt n’était pas encore claire.

Heureusement, les trois molécules clés en jeu pour les différentes formulations du traitement: l’hydroxychloroquine, l’azithromycine, et aussi le zinc, sont extrêmement bon marché et peuvent être produites en masse. Les États-Unis ont déjà stocké des millions de doses d’hydroxychloroquine.

À court terme, aux États-Unis et ailleurs, il y a des pénuries, mais des groupes pharmaceutiques tels que Novartis, Bayer, Mylan, Teva, Sanofi et d’autres se sont engagés à accélérer la production.

N’oublions pas que pour environ 80% des personnes contractant le virus, il n’y aura que des symptômes bénins, voire aucun.

Environ 20% des personnes infectées développent des symptômes graves et ont besoin de soins médicaux. C’est sur ces 20% que le traitement à base d’hydroxychloroquine doit se concentrer.

Les avantages considérables d’une stratégie de traitement précoce

Une stratégie de traitement précoce à base d’hydroxychloroquine, qui peut être mise en œuvre immédiatement, présente de nombreux avantages considérables.

  1. Un traitement précoce à grande échelle sauvera d’innombrables vies. S’il est administré sous surveillance médicale, le traitement présente un risque extrêmement faible, mais devrait pourtant sauver des vies dans de nombreux cas. Sauver ces nombreuses vies devrait être un argument suffisant pour adopter la stratégie immédiatement.
  2. Un traitement précoce est également essentiel pour éviter les conséquences durables de l’infection au COVID-19. L’altération de la fonction pulmonaire, due à la fibrose pulmonaire, est le principal problème. Lorsqu’un traitement est administré trop tard, le risque de diminution permanente de la fonction pulmonaire est plus élevé.
  3. Avec un traitement précoce, beaucoup moins de patients auront besoin d’une longue hospitalisation ou de soins intensifs. A Marseille, la durée moyenne d’hospitalisation est de 5 jours pour les patients traités pour le COVID-19. Bien sûr, ailleurs, certains patients se rétablissent sans traitement, mais ces patients ont besoin d’un séjour à l’hôpital plus long et leur pronostic thérapeutique est plus incertain. Plus on attend, moins le traitement est efficace.
  4. Un traitement précoce pourrait être mis en œuvre dans de nombreux cas grâce à la télémédecine. Les gens ramènent le traitement à la maison, mais ils sont étroitement surveillés par télémédecine. Il s’agit d’un élément clé de la stratégie récemment décidée par la province canadienne du Nouveau-Brunswick. Cela soulage davantage les hôpitaux et autres établissements médicaux, qui se concentrent sur les patients qui développent des complications.
  5. Un traitement précoce à grande échelle devrait alléger considérablement la pression sur les systèmes médicaux et sur les travailleurs de la santé. À l’heure actuelle, tout le monde connaît l’urgence d’aplatir la courbe. Cela peut être encore plus efficacement réalisé avec un traitement précoce des personnes diagnostiquées avec la maladie.
  6. L’isolement des patients contagieux, qui s’accompagne d’un traitement précoce à grande échelle, contribuera à réduire la propagation de la maladie. Gardons à l’esprit que l’immunité de groupe ne sera pas atteinte de sitôt dans la population. Isoler les patients malades et leur donner une thérapie est une clé pour réduire la propagation de la maladie.
  7. Un traitement précoce à grande échelle est peu coûteux à mettre en œuvre. Les médicaments sont bon marché – moins de 20 $ US par personne pour le traitement complet – et en cas de besoin, la plupart des séjours à l’hôpital seront courts et ne nécessiteront pas beaucoup d’implication du personnel médical. Très peu de patients auront besoin d’un traitement de soins intensifs.
>>  Audition au Sénat américain sur le traitement ambulatoire précoce: faits saillants

Certes, il existe encore de nombreuses inconnues sur ce virus. Pourtant, ce que nous savons déjà, c’est que le traitement précoce à base d’hydroxychloroquine fonctionne et que d’innombrables vies peuvent être sauvées dès maintenant.

Comparez cela à une stratégie de vaccination, pour laquelle il est impossible de dire à ce stade s’il y aura un vaccin sûr et efficace, et quand. Par rapport à une stratégie de traitement précoce, la vaccination est clairement un stratégie beaucoup plus incertaine.

D’un point de vue économique et social, une stratégie de traitement précoce aura également des avantages considérables.

Grâce à l’immunité acquise par un nombre croissant de personnes et à la baisse du nombre de personnes infectieuses, la stratégie permettra que l’activité économique et la vie sociale reprennent progressivement, ceci sans mettre en danger la population.

Tout cela peut se produire dans un délai beaucoup plus court que si l’on doit attendre un vaccin.

© 2020 Jean-Pierre Kiekens. Tous droits réservés.

(Visited 806 times, 43 visits today)