Un protocole pour la prévention et le traitement précoce du C19 dans les résidences pour aînés

Ce protocole est présenté par le Dr George Fareed, un médecin formé à Harvard avec une carrière distinguée de 50 ans en médecine, qui a traité des centaines de patients COVID-19, y compris dans une maison de retraite en Californie.

Nouveau: Cette entrevue présente l’expérience d’un médecin ayant prodigué un traitement similaire dans une résidence pour aînés, avec d’excellents résultats. Vous pouvez activer les sous-titre et leur traduction automatique vers le français.

Le protocole complète les mesures non thérapeutiques existantes en place pour réduire les nouvelles infections à COVID-19, dans les EHPAD, CHSLD, Résidences pour aînés, Maisons de repos et autres institutions apparentées.

Le présent document ne constitue pas un avis médical. En pratique, tout protocole de traitement doit être prescrit par un médecin, qui peut faire quelques adaptations en fonction des particularités des patients et de la disponibilité des médicaments.

Ce protocole est ce que recommande le Dr George Fareed à compter d’aujourd’hui, le 9 décembre 2020, et peut évoluer avec le temps.

Pour obtenir la version la plus à jour du protocol, ou si vous avez des questions ou des commentaires, vous pouvez contacter le Dr George Fareed à gfareed @ gmail.com


PROTOCOLE DE PRÉVENTION ET DE TRAITEMENT PRÉCOCE

Trois phases doivent être distinguées:

  • la prophylaxie pré-exposition se fait avant qu’un résident ou un membre du personnel ne soit connu pour avoir contracté le C19 et est donc purement préventive. Cette prophylaxie est recommandée tant pour les résidents que pour le personnel.
  • la prophylaxie post-exposition se produit lorsqu’au moins un résident ou membre du personnel de la maison de soins infirmiers est un cas suspecté ou confirmé de C19. Cette prophylaxie devrait idéalement être fournie à tous les résidents et à tous le personnel, à titre préventif.
  • le traitement ambulatoire précoce est destiné à ceux qui ont un cas confirmé ou suspecté de C19, qu’il s’agisse de résidents ou de membres du personnel.
  1. Prophylaxie pré-exposition
>>  Immunologie COVID-19 101 - Partie 1

C’est bien la phase avant qu’un résident ou qu’un membre du personnel ne soit soupçonné ou confirmé d’avoir le C19 dans la résidence pour aînés. Voici les médicaments et suppléments qui sont recommandés, à titre préventif, à tous les résidents et au personnel.

  • Vitamine D – 4000 UI par jour
  • Zinc élémentaire – 25 mg par jour
  • Ivermectine – Dose 1 de 0,2 mg / kg (poids corporel) le jour 1 – puis une dose d’entretien hebdomadaire de 0,05 mg / kg ou une dose d’entretien mensuelle de 0,2 mg / kg.
  • Vitamine C et/ou supplément multivitaminé de qualité, et possiblement quercétine, sont également recommandés.

2. Prophylaxie post-exposition.

Cette phase commence dès qu’il y a un cas suspecté ou confirmé de C19 dans la maison de retraite. Cela signifie que le virus est présent et peut infecter plusieurs résidents, peut-être de nombreux résidents, peut-être tous.

La prophylaxie post-exposition doit être fournie immédiatement à tous les résidents et à tous les membres du personnel.

Les médicaments et suppléments recommandés sont:

  • Vitamine D – 4000 UI par jour
  • Zinc élémentaire – 25 mg par jour
  • Ivermectine: Dose 1 de 0,2 mg / kg (poids corporel) le jour 1; Dose 2 de 0,2 mg / kg (poids corporel) au jour 3; Dose d’entretien hebdomadaire de 0,05 mg / kg ou dose d’entretien mensuelle de 0,2 mg / kg.
  • Vitamine C et/ou un supplément multivitaminé de qualité, et possiblement quercétine, également recommandés.

3. Traitement précoce ambulatoire (dans la résidence, en zone d’isolement)

Pour les résidents ayant été testés positifs ou suspectés de COVID-19, avant même que le résultat du test de confirmation ne soit connu, un protocole de traitement ambulatoire précoce doit être immédiatement fourni, ceci endéans les 2 jours suivant les premiers symptômes:

  • Ivermectine – Dose 1 de 0,2 mg / kg au jour 1 – Dose 2 de 0,2 mg / kg au jour 3 et Dose 3 de 0,2 mg / kg au jour 5
  • Doxycycline monohydratée 100 mg deux fois par jour pendant les jours 1 à 5
  • maintien de la vitamine D et du zinc et éventuellement d’autres suppléments (vitamine C, multivitamine, quercétine).
>>  Immunologie COVID-19 101 - Partie 1

Notez que la combinaison de l’ivermectine, de la doxycycline et du zinc est le protocole recommandé pour le C19, y compris dans les résidences pour aînés, par le Professeur Thomas Borody, estimé et internationalement reconnu, d’Australie.

REMARQUES

À propos de la sécurité

L’ivermectine est un médicament extrêmement sûr qui a été pris des milliards de fois à des fins antiparasitaires. Il a par exemple été recommandé pour une administration de masse par l’Organisation mondiale de la santé pour lutter contre l’onchocercose (cécité des rivières).

La doxycycline est l’un des antibiotiques les plus courants. Comme l’ivermectine, elle figure sur la liste des médicaments essentiels de l’Organisation mondiale de la santé.

Les deux médicaments sont extrêmement sûrs, y compris lorsqu’ils sont pris conjointement.

Les deux médicaments sont approuvés au Canada, aux États-Unis, en France et dans la plupart des autres pays et peuvent être prescrits hors indication.

La vitamine D et le zinc sont des suppléments courants et sûrs en vente libre.

À propos de l’efficacité

La revue la plus à jour de la littérature sur l’efficacité de l’ivermectine pour le C19 a été réalisée par le professeur Pierre Kory, MD, du St.Luke’s Aurora Medical Center, Milwaukee, WI et plusieurs collaborateurs, dont le professeur Joseph Varon, MD, du University of Texas Health Science Center, Houston, Texas, et le professeur Paul Marik, MD, de l’Eastern Virginia Medical School.

La revue conclut:

«En résumé, sur la base de l’ensemble des preuves existantes et cumulatives, nous recommandons l’utilisation de l’Ivermectine à la fois dans la prophylaxie et le traitement du C19. En présence d’une pandémie mondiale de C19, l’utilisation généralisée de cette intervention sûre, peu coûteuse et efficace pourrait conduire à une réduction drastique des taux de transmission ainsi que de la morbidité et de la mortalité dans les phases bénignes, modérées et même sévères de la maladie. »

>>  Canada: des scientifiques et médecins exhortent l’Ontario à tenir un débat scientifique ouvert

Vous pouvez trouver la revue à: https://osf.io/wx3zn/

À propos des interventions supplémentaires

Des interventions thérapeutiques supplémentaires sont également recommandées au cas où la maladie évoluerait pour certains résidents ou membres du personnel. Si le niveau d’oxygène descend en dessous de 94%, cela peut inclure de l’oxygène supplémentaire, du budésonide inhalé 0,5 mg / 2 ml par nébulisation deux fois par jour, de l’aspirine 325 mg par jour, de la prednisone 60 mg par jour et de la colchicine 0,6 mg deux fois par jour pendant 5 jours ou plus .

Le transfert à l’hôpital doit être envisagé si les niveaux d’oxygène diminuent davantage. Un seuil indicatif pour déclencher le transfert à l’hôpital est de 92%.

À propos des autres options de traitement

Il existe d’autres options de traitement précoce qui sont mises en œuvre dans divers pays, y compris aux États-Unis. Nous considérons l’option de traitement présentée, reposant sur l’Ivermectine, la doxycycline et des suppléments, comme particulièrement sûre, pratique et simple et, contrairement à d’autres options de traitement, ne nécessitant pas des outils suivi plus complexes tels que les ECG.

À propos de la vaccination

Avec l’arrivée des vaccins, un traitement ambulatoire précoce pour les personnes ayant un cas confirmé ou suspecté de C19 restera nécessaire, car aucun vaccin ne devrait offrir une protection à 100% contre C19.

Pour une sécurité maximale, une prophylaxie post-exposition doit également être fournie dans les résidences pour aînés où la vaccination a eu lieu, lorsqu’il y a au moins un cas suspecté ou confirmé de C19.



Articles et vidéos complémentaires

(Visited 1 953 times, 1 953 visits today)