Vers des passeports d’immunité pour le COVID-19?

On parle beaucoup de passeports d’immunité, en particulier en Israël et dans l’Union européenne. Cet article analyse ce que nous savons des passeports d’immunité qui ont été annoncés par Israël, le pays qui est à la pointe des efforts de vaccination dans le monde, mais qui fait également face à un nombre sans précédent de cas confirmés et de décès dus au COVID-19. Ces passeports seront-ils nécessaires pour voyager en avion ou simplement pour aller dans un restaurant ou dans une salle de sport? Ou même aller à l’école ou à l’université? Comment peut-on intégrer l’immunité acquise à la suite d’une maladie COVID-19 antérieure dans de tels passeports? C’est ce que traite cet article.

(See English Version)

À ce jour, près de 2 millions de personnes ont reçu une première dose de vaccination en Israël, ce qui correspond à environ 20% de la population. 

Cela se produit à un moment où il y a un nombre sans précédent de nouveaux cas confirmés et de décès dans le pays. 

Comme la plupart des pays, Israël n’a pas mis en œuvre de protocoles de traitement précoce pour le COVID-19 et espère que la vaccination résoudra la crise.

Un passeport d’immunité / vaccination a été annoncé par les autorités. Le deuxième vaccin est nécessaire pour obtenir un certificat de vaccination, qui à son tour est requis pour le “passeport vert” d’immunité.

Les passeports verts “pourraient être utilisés pour permettre l’accès à des événements culturels et sportifs, des conférences, des musées et d’autres types de rassemblements de masse.”

“Ils seraient probablement utilisés dans les restaurants et cafés, centres commerciaux, hôtels, gymnases et piscines, mais ne seraient pas nécessaires pour les écoles, les lieux de travail, les transports en commun, les lieux de culte et les magasins de rue.“

https://www.timesofisrael.com/health-ministry-says-vaccinated-recovered-to-get-green-passport-for-6-months/

Un autre type d’avantage prévu est qu’un test négatif avant le voyage en avion ne sera pas nécessaire et qu’on n’aura pas besoin de se mettre en quarantaine après un retour de voyage.

Le passeport serait accordé pour une période initiale de 6 mois pour ceux qui ont été vaccinés contre le coronavirus, ou qui auront récupérés du COVID-19, selon des articles des médias.

Seul le ministère de la Santé du pays délivrera les certificats de vaccination ou de rétablissement requis.

Le passeport prendra la forme d’une application mobile ou d’un document papier. Une version papier, qui n’est peut être pas sous sa forme finale, peut être vue dans cet article.

Tous les détails n’ont pas encore émergé, mais cette page d’un site Web gouvernemental, mise à jour pour la dernière fois le 13 janvier, fournit des informations sur les certificats de rétablissement, délivrés par une infirmière certifiée ou un médecin.

https://www.gov.il/en/Departments/General/corona-recovered-patients

Cependant, une autre page gouvernementale, mise à jour pour la dernière fois le 12 janvier, mais maintenant supprimée, offrait une information sensiblement différente: «Les patients atteints de coronavirus et ayant récupéré ne peuvent pas recevoir de livret vert. Le certificat de récupération délivré par leur HMO sert de preuve écrite qu’ils ont récupéré. » (cette page n’était plus accessible depuis la finalisation de cet article le 18 janvier).

>>  Traitement aux Antihistaminiques: un Témoignage

https://www.gov.il/en/Departments/General/vaccine-record

L’article ci-dessous, citant le directeur général du ministère de la Santé, confirme cependant l’intention de reconnaître l’immunité acquise par les personnes qui se sont rétablies de la maladie. 

«Les personnes ayant des réactions allergiques sévères ne recevront pas le vaccin, pas plus que les personnes qui se sont rétablies du Covid-19 et qui devraient être immunisées .» (en gras par l’auteur)

https://en.globes.co.il/en/article-israeli-health-ministry-sets-vaccination-priorities-1001352844

Aujourd’hui, en termes de nombre de personnes vaccinées par habitant, Israël est le leader mondial. Mais il est également confronté à la question de savoir s’il faut vacciner les individus à très faible risque, y compris les enfants.

L’article mentionné ci-dessus mentionne la possibilité que des personnes aussi jeunes que 16 ans puissent en fin de compte être vaccinées et que «la vaccination des groupes d’âge plus jeunes» pourrait même être envisagée plus tard.

La vaccination est progressivement déployée, les personnes âgées de 50 à 60 ans étant désormais éligibles, en plus des agents de santé et d’autres groupes à haut risque.

https://www.timesofisrael.com/israel-expands-vaccination-drive-to-anyone-50-years-and-up/

D’ici mars, Israël a l’intention de faire vacciner 5,2 millions de citoyens, sur une population de 9,2 millions, soit environ 56% de sa population. Le but ultime serait de parvenir à l’immunité collective, et il est estimé par les autorités qu’environ 70% de la population devant être immunisée pour y parvenir.

Faut-il vacciner les jeunes et les rétablis du COVID-19?

Contrairement à Israël, aux États-Unis, au Canada et dans la plupart des autres pays, tous très en retard en termes de taux de vaccination par habitant, la recommandation est toujours de vacciner les personnes qui ont déjà eu la maladie COVID-19.

«La vaccination des personnes atteintes d’une infection actuelle connue par le SRAS-CoV-2 doit être différée jusqu’à ce que la personne se soit remise de la maladie aiguë (si la personne présentait des symptômes) et que les critères aient été remplis pour lui permettre de cesser l’isolement», déclare le CDC américain.

https://www.cdc.gov/vaccines/covid-19/info-by-product/clinical-considerations.html

Bien que le Canada soit encore plus en retard en termes de vaccination, il est également suggéré que toutes les personnes de plus de 16 ans auraient accès à un vaccin. Des priorités sont fixées, mais aucune stratification réelle n’est prévue, et les individus à très faible risque, comme les mineurs de 16 ou 17 ans et les jeunes adultes, recevraient le vaccin s’ils le demandaient. Rien n’indique que l’immunité acquise par ceux qui se sont rétablis du COVID-19 sera reconnue.

https://www.canada.ca/en/public-health/services/diseases/2019-novel-coronavirus-infection/prevention-risks/covid-19-vaccine-treatment/vaccine-rollout.html

Il faut garder à l’esprit que le risque de contracter une forme sévère de C19 et d’en mourir dépend fortement de l’âge en plus de la qualité des soins reçus.

Ce tableau a été produit par Alex Berezoz, PhD, à partir d’une étude Megan O’Driscoll et al. Il montre que le risque augmente de façon exponentielle avec l’âge mais est extrêmement faible pour les adultes mineurs et jeunes.

https://www.acsh.org/news/2020/11/18/covid-infection-fatality-rates-sex-and-age-15163
https://www.nature.com/articles/s41586-020-2918-0

Ce tableau ne prend pas en compte le fait maintenant bien établi que les risques peuvent être encore réduits avec un traitement ambulatoire précoce, qui est, comme discuté ailleurs dans ce blog, encore largement refusé à la population dans la plupart des pays.

>>  Québec: Critique en règle de la réponse gouvernementale par le Professeur Christian Perronne

La position de vacciner sans risque de stratification réelle, et sans écarter ceux qui ont déjà contracté le COVID-19, est remise en question par certains membres du corps médical. Il y a plusieurs raisons à cela. La première est bien sûr le très faible risque posé par le COVID-19 pour la plupart des groupes d’âge, car le risque est connu pour croître de manière exponentielle avec l’âge. Pourquoi prendre un vaccin quand son propre risque est extrêmement faible?

Deuxièmement, il y a des incertitudes sur l’efficacité réelle et les risques associés aux différentes vaccinations, un sujet complexe que nous n’analyserons pas en détail ici. Pourtant, des complications signalées telles que la paralysie faciale de Bell, le problème non résolu d’une possible amélioration dépendante des anticorps, et les préoccupations récemment annoncées par la Norvège concernant la pertinence de vacciner les personnes très âgées, suggèrent qu’une analyse approfondie des risques et des bénéfices devrait être effectuée par autorités, pour les différents groupes d’âge et de risque.

https://en.wikipedia.org/wiki/Antibody-dependent_enhancement
https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-01-16/norway-vaccine-fatalities-among-people-75-and-older-rise-to-29

Une troisième raison est l’immunité acquise en contractant précédemment la maladie. À cet égard, une étude récente sur l’immunité au Royaume-Uni est importante à noter, car elle montre que cette immunité est réelle et qu’elle peut durer au moins 6 à 7 mois après l’infection, et peut-être beaucoup plus longtemps.

«Malgré 290 infections symptomatiques chez 10 137 agents de santé non immunisés, il n’y a pas eu de réinfections symptomatiques chez plus de 1 000 agents de santé ayant eu une infection antérieure . Nous concluons que l’infection par le SRAS-CoV-2 semble entraîner une protection contre l’infection symptomatique chez les adultes en âge de travailler, au moins à court terme », note l’étude.

https://www.journalofinfection.com/action/showPdf?pii=S0163-4453%2820%2930781-7

L’étude indique que le risque de réinfection peut exister mais est probablement inférieur à 1%, ce qui signifie qu’un niveau de protection très élevé, d’environ 99%, pourrait être obtenu en ayant préalablement contracté la maladie.

https://www.nature.com/articles/d41586-021-00071-6

Un tel niveau de protection confirme l’intuition que la plupart des virologues ont eue avec le SRAS-CoV2, selon laquelle une immunité substantielle résulterait de la contraction de la maladie. Il existe maintenant des éléments tangibles qui le confirment.

Une approche intéressante venant d’Islande

Alors que la plupart des pays semblent ignorer l’immunité fournie par une maladie COVID-19 antérieure dans leurs discussions sur les passeports d’immunité, il existe quelques exceptions, en plus d’Israël.

Un cas intéressant est l’Islande, qui reconnaît les certificats d’infection antérieure au COVID-19 à la frontière, de sorte que les voyageurs entrants avec de tels certificats peuvent être exemptés de quarantaine.

Les certificats suivants sont considérés par l’Islande comme une confirmation valide d’une infection antérieure au COVID-19: 

  • un résultat positif au test PCR pour le SRAS-CoV-2 / COVID-19 datant de plus de 14 jours; et 
  • la présence d’anticorps contre le SRAS-CoV-2 / COVID-19 mesurée par test sérologique ELISA.

https://www.landlaeknir.is/um-embaettid/greinar/grein/item43709/Certificates-regarding-previous-COVID-19-infection-that-are-accepted-at-the-border-in-Iceland-from-10-December-2020

Un moyen d’améliorer encore cette approche islandaise serait d’exiger un certificat médical attestant que la personne présentant un test PCR positif a effectivement contracté la maladie. 

Il y a en effet des faux positifs avec les tests PCR, de l’ordre de 0,4 à 4%, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles les tests obligatoires avant le vol sont une mesure assez inefficace.

>>  Québec: Critique en règle de la réponse gouvernementale par le Professeur Christian Perronne

https://www.icd10monitor.com/false-positives-in-pcr-tests-for-covid-19

De plus, comme les tests sérologiques présentent des lacunes, une combinaison d’un tel test avec un certificat médical et / ou un test positif confirmant un COVID-19 antérieur pourrait être nécessaire pour améliorer la fiabilité des certificats d’immunité.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7337672/

Vers des passeports d’immunité?

Les passeports d’immunité / vaccination sont actuellement un sujet brûlant, en particulier dans l’Union européenne, avec la Grèce, largement dépendante du tourisme, faisant pression pour la vaccination comme condition de voyage. 

Ces passeports posent un certain nombre de problèmes, notamment en termes de caractère volontaire, de fiabilité et de confidentialité. Au Royaume-Uni, des passeports numériques sont déjà proposés, à titre pilote, aux personnes ayant été vaccinées, même si officiellement, il n’y a pas de plans pour une mise en œuvre à grande échelle de la mesure.

https://www.politico.eu/article/coronavirus-covid-vaccine-passports-pose-risk-to-privacy-experts-warn/
https://www.dailymail.co.uk/news/article-9139923/Covid-UK-Britons-received-jab-offered-vaccine-passport-trial.html

La pression pour de tels passeports est également faite par le secteur privé, en particulier les compagnies aériennes, qui ont été considérablement impactées par la réduction du nombre de voyages aériens. Une idée populaire parmi elles serait d’exiger la vaccination, même s’il n’y a aucune preuve que les vaccins développés jusqu’à présent réduisent la transmission du virus.

À partir de cette brève analyse, il faut souligner l’importance cruciale de l’immunité acquise en développant la maladie.

Quelque 68 millions de personnes dans le monde ont déjà contracté le COVID-19 et l’ont surmonté, et ont par conséquent acquis une immunité substantielle. Il s’agit très probablement d’une sous-estimation du chiffre réel.

https://www.worldometers.info/coronavirus/

Il serait logique que tout passeport d’immunité, en plus de rester volontaire et de respecter la vie privée, reconnaisse l’immunité acquise à la suite d’une infection antérieure au COVID-19.

Cela résoudra-t-il complètement le problème? Non malheureusement. 

Les jeunes, dont le risque de mourir du COVID-19 est extrêmement faible, voudront également voyager et, plus généralement, retourner à une vie plus normale, mais leur vaccination reste probablement injustifiée compte tenu de leur risque extrêmement faible de COVID-19.

En outre, la plupart des pays ne seront pas en mesure de se permettre ou de mettre en œuvre rapidement, à grande échelle, des efforts de vaccination comme ceux d’Israël.

Cela nous ramène à la nécessité d’utiliser aussi d’autres outils pour lutter contre la pandémie, en particulier les traitements ambulatoires précoces, largement négligés, mais qui réduisent considérablement les hospitalisations et la mortalité, et… qui fournissent également… l’immunité contre le COVID-19.

Articles Liés:

Voici des articles connexes récents sur l ‘(in) efficacité des récentes mesures canadiennes visant à imposer un test négatif pour entrer au Canada par voie aérienne, et sur la meilleure façon de vous protéger contre le COVID-19 dans un avion.

Autres Liens

Rapport I24 News sur l’annonce du Ministère de la Santé: 

https://www.timesofisrael.com/vaccinated-will-get-green-passports-waiving-lockdown-constraints-officials/

https://www.msn.com/en-us/money/markets/israel-is-launching-covid-immunity-passports-heres-what-they-allow-you-to-do/ar-BB1cLRUb

https://www.loc.gov/law/foreign-news/article/israel-ministry-of-health-to-issue-green-passports-to-those-who-vaccinate-against-or-have-recovered- de-coronavirus /

(Visited 148 times, 148 visits today)